Giraffa camelopardalis - Giraffa


GIRAFE

CLASSIFICATION SCIENTIFIQUE

Royaume

:

Animalia

Phylum

:

Chordata

Subphylum

:

Vertébrés

Classer

:

Mammalia

Commande

:

Artiodactyles

Famille

:

Girafidés

Gentil

:

Girafe

Espèce

:

Giraffa camelopardalis

Nom commun

: girafe

DONNÉES GENERALES

  • La longueur du corps: 3,8 - 4,7 m plus 80-100 cm de queue
  • Hauteur: femelle 3,9 - 4,5 m jusqu'à la pointe des cornes - mâle 4,7 - 5,3 m jusqu'à l'extrémité des cornes
  • Poids: femelle 700-1180 kg - mâle 1100-1930 kg
  • Durée de vie: 10-15 ans à l'état sauvage, 20-27 ans en captivité
  • Maturité sexuelle: femme 3 ans - homme 4 ans

HABITAT ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE

Girafe, nom scientifique Giraffa camelopardalis de la famille Girafidés, est le plus grand animal terrestre. Il vit dans toute l'Afrique, dans les zones au sud du Sahara, évitant cependant les zones de véritable désert, les zones marécageuses et les forêts tropicales.

L'une de ses particularités qui lui permet de survivre dans des environnements très différents est que c'est un animal qui parvient à rester pendant de longues périodes sans boire, donc il peut vivre à des centaines de kilomètres de l'eau sans que cela ne cause de dégâts. Dans tous les cas, son habitat idéal est la forêt de conifères ou la savane. Il n'entre pas en compétition avec les autres animaux pour se nourrir car il se nourrit principalement de feuilles d'arbres.

CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES

La première chose à laquelle tout le monde pense en pensant à la girafe est certainement sa hauteur, qui atteint 5,7 m chez le mâle adulte.

Il a un pelage tacheté et le type varie également en fonction de l'habitat dans lequel il vit car sa fonction est celle du camouflage. Huit sous-espèces ont été classées qui diffèrent les unes des autres pour la maculation différente du manteau (des études sur les différentes sous-espèces sont en cours et les opinions sont assez discordantes parmi les différents chercheurs).

Ils ont une queue qui mesure jusqu'à un mètre de long et se termine par une touffe noire qui est utilisée pour repousser les insectes.

La partie la plus frappante est certainement le cou, en moyenne 2,5 m de long, équipé de 7 vertèbres, comme chez la plupart des mammifères, seul chez cet animal ils sont particulièrement allongés et larges. Compte tenu du fait que le cœur de la girafe doit beaucoup travailler pour acheminer le sang vers la tête, les artères du cou sont équipées de valves spéciales qui réduisent la pression lorsqu'elle abaisse la tête pour éviter d'endommager le cerveau.

Les pattes de la girafe mesurent jusqu'à 2 m de long et sont musclées et puissantes. Chacun a un sabot fendu (fendu) formé par les troisième et quatrième orteils tandis que les trois autres orteils sont beaucoup plus petits. Quand il court, il semble maladroit et maladroit à cause du cou qui va et vient mais c'est un animal avec lequel il faut compter en fait il peut atteindre des vitesses de 55 à 60 km / h et maintenir cette vitesse sur des distances considérables.

La tête est munie de cornes qui se terminent par une pointe arrondie qui ne sont rien de plus que l'extension du crâne. En général, chez les femelles, les cornes sont minces tandis que chez les mâles, elles sont plus robustes.

Une particularité est la langue bleue jusqu'à 45 cm de long qui est utilisée avec la lèvre supérieure pour déchirer la végétation qu'elle mange.

CARACTÈRE, COMPORTEMENT ET VIE SOCIALE

La girafe est un animal qui vit généralement en petits groupes de 10 à 20 individus, bien que cela ne signifie pas que le groupe est à la base de sa forme sociale. En fait, c'est un animal très individuel et il se rassemble avec d'autres individus uniquement pour avoir une meilleure chance d'échapper aux prédateurs. Passez facilement d'un groupe à un autre. Il n'y a pas de règles sur la façon dont un groupe doit être formé (toutes les femmes, tous les hommes, les hommes et les femmes, etc.): toutes les combinaisons sont bonnes. Le seul véritable lien qui existe entre les girafes est celui de la mère avec ses petits.

En général, il ne fait pas face à des combats, mais étant donné sa taille, il peut généralement voir les dangers de loin et préfère s'échapper.

Ils se nourrissent le matin et le soir et la nuit ils dorment debout pour mieux échapper aux prédateurs. La position de repos signifie que la tête est placée entre les pattes postérieures en faisant un grand arc autour du cou. Ils se couchent rarement. Pendant leur repos, ils gardent les yeux mi-clos et les oreilles toujours attentives.

LA COMMUNICATION

On pense que les girafes sont des animaux stupides car on les entend rarement émettre des sons. En réalité, ils communiquent entre eux par des grognements, des sifflements, des cris, des sifflements, chaque son ayant une signification précise: quand il y a un danger, il grogne ou renifle pour avertir les autres du danger; une mère siffle pour appeler le bébé ou s'abaisse lorsqu'elle ne le voit pas. Les bébés émettent des bêlements ou des miaulements tandis que les mâles émettent un son de toux lorsqu'ils courtisent une femelle en chaleur.

Un aspect à ne pas sous-estimer en communication est que les girafes communiquent aussi grâce à leur hauteur, en fait la vue élevée permet aux différents spécimens d'être toujours en contact les uns avec les autres grâce à leur vue aiguë.

HABITUDES ALIMENTAIRES

La girafe se nourrit de feuilles, fleurs, gousses et fruits d'un grand nombre d'espèces végétales: Acacia senegal, Mimosa pudica, Combretum micranthum, Prunus armeniaca même si leur nourriture principale est l'Acacia.

C'est l'animal par excellence qui, compte tenu de sa taille, la nourriture la plus confortable à manger se trouve dans les arbres. Les longues pattes l'empêchent de brouter et de boire est un gros problème en fait pour ce faire il faut écarter les pattes avant et abaisser la tête au sol (voir vidéo ci-dessous).

Pendant la journée, la girafe se nourrit tandis que la nuit, elle rumine, c'est-à-dire régurgite la nourriture ingérée pour la mâcher puis l'avaler à nouveau. C'est en fait un ruminant.

Il a été observé que le mâle préfère généralement s'étirer pour brouter la cime des arbres tandis que la femelle préfère se nourrir dans les branches inférieures (voir vidéo sur le côté).

Ils peuvent manger jusqu'à 65 kg de légumes par jour même si dans les zones pauvres, ils peuvent survivre même avec 7 kg de nourriture par jour.

REPRODUCTION ET CROISSANCE DE LA PETITE

En général, l'accouplement a lieu pendant la période pluvieuse de sorte que les naissances suivantes ont lieu pendant les mois secs (mai - août).

Les bagarres entre mâles girafes pour attirer l'attention d'une femelle en chaleur ne sont pas rares. Pendant le combat, les deux girafes marchent attachées l'une à l'autre et se donnent des têtes puissantes avec leurs cornes frappant l'adversaire dans les hanches ou le cou. Si un coup est particulièrement fort, il peut causer de graves dommages à l'adversaire (voir vidéo sur le côté).

Après l'accouplement, les feuilles mâles et la femelle se joignent généralement à un groupe et y resteront pendant toute la durée de la grossesse.

Lagiraffa a une gestation qui dure environ 450 jours (15 mois) et après cette période, un petit 2 m de haut et pesant 50-55 kg est né (les naissances jumelles sont rares). La femelle au moment de l'accouchement se détache du groupe, choisit un endroit calme et sûr et jusqu'à ce que le bébé ait atteint deux semaines de vie, il ne rejoindra pas le groupe. Habituellement, elle accouche debout en marchant et la vie du bébé commence par une chute puissante d'une hauteur de 2 mètres. Après environ 15-20 minutes, le bébé est capable de se lever et de faire les premiers pas incertains et commence à sucer le lait de la mère.

Lorsque la mère avec le petit se réunit avec le groupe, la mère peut recommencer à bouger et à bouger car tous les petits sont confiés à une sorte de crèche qui permet aux mères de pouvoir partir à la recherche de nourriture et de boisson. En fait, dans cette crèche, les différentes mamans se relaient pour s'occuper et garder les petits.

Le sevrage a lieu en moyenne vers 12-16 mois et les jeunes femelles restent généralement dans le troupeau de la mère tandis que les mâles ont tendance à être solitaires jusqu'à ce qu'ils trouvent leur troupeau.

Les mâles atteignent la maturité sexuelle entre 3 et 4 ans, mais seulement un an plus tard, ils sont sexuellement matures même si en fait ils ne commencent à se reproduire pas avant d'avoir atteint l'âge de sept ans. Les jeunes girafes atteignent la maturité sexuelle à l'âge de 3-4 ans.

PRÉDATION

Les lions, les léopards et les hyènes sont les principaux prédateurs de la girafe. On a également observé que les crocodiles deviennent perfides lorsque les girafes s'approchent des rives pour boire. Dans tous les cas, les prédateurs ne peuvent prendre le dessus que sur des animaux malades, vieux ou jeunes car un individu adulte et en bonne santé peut suivre ses prédateurs en offrant des coups de pied puissants qui peuvent percer un crâne sans problème.

ÉTAT DE LA POPULATION

Giraffa camelopardalis est classé dans la liste rouge de l'IUNC parmi les animaux à faible risque d'extinction MOINS DE PRÉOCCUPATION (LC): environ 100 000 spécimens ont été estimés, bien que des enquêtes récentes indiquent un certain déclin.

Les populations d'Afrique du Sud sont généralement plus abondantes tandis que celles du Nord diminuent lentement en raison de la dégradation de l'habitat et du braconnage.

IMPORTANCE SOCIALE, ÉCONOMIQUE ET ÉCOSYSTÉMIQUE

Une particularité de ces mammifères est qu'ils sont un véritable nid de tiques qui leur sont enlevés par de petits oiseaux (Buphagus africanus) qui reposent sur leur peau et dînent avec beaucoup de goût libérant ainsi la peau de ces parasites gênants (voir vidéo ci-dessous): il y a donc un avantage mutuel entre la girafe et le Buphagus.

Les girafes sont une grande attraction pour les zoos et les parcs animaliers.

À un moment donné, ils ont été tués pour leur chair et à partir de leur peau, ils ont fabriqué des brides, des fouets, des sangles et même des instruments de musique.

CURIOSITÉ'

Le terme girafe vient de l'arabe et probablement du mot xirapha ce qui signifie "celui qui marche très vite".


Girafe réticulée

le girafe réticulée (Giraffa camelopardalis reticulata), également connu sous le nom de Girafe somalienne, est une sous-espèce de girafe originaire de la Corne de l'Afrique. Il vit en Somalie, dans le sud de l'Éthiopie et dans le nord du Kenya. [2] Il y a environ 8 500 individus vivant à l'état sauvage. [2] La girafe réticulée a été décrite et a donné son nom binomial par le zoologiste britannique William Edward de Winton en 1899, cependant l'UICN ne reconnaît actuellement qu'une seule espèce de girafe avec neuf sous-espèces.

Les girafes réticulées peuvent se croiser avec d'autres espèces de girafes en captivité ou si elles entrent en contact avec des populations d'autres espèces à l'état sauvage.

Avec la girafe de Rothschild, c'est de loin la girafe la plus fréquemment vue dans les zoos. [3] Son pelage se compose de grandes taches polygonales de couleur foie délimitées par un réseau de lignes blanches brillantes. Les blocs peuvent parfois apparaître rouge foncé et peuvent également couvrir les pattes. Les girafes sont les plus grands mammifères du monde. [4]


Girafes

Giraffa camelopardalis

C'est le plus grand mammifère terrestre du monde et le plus gros ruminant

Comment sont-ils reconnus?

Les girafes sont le plus grand mammifère terrestre du monde. Les mâles (appelés taureaux) mesurent jusqu'à 5,3 m et pèsent en moyenne 1 200 kg. Les femelles (appelées vaches) sont plus petites, elles atteignent 4,3 m et pèsent en moyenne 830 kg.

Les girafes ont un dos en pente raide des épaules à la croupe et une longue queue avec une touffe noire à la fin pour éloigner les mouches et autres insectes volants. Leurs jambes sont également longues.

Ils ont un cou très long avec une crinière courte et dressée. Il est composé de sept vertèbres cervicales, comme les humains, mais elles sont plus grandes et liées entre elles par des articulations à rotule pour une meilleure flexibilité. À l'aide de son long cou, les girafes sont capables d'exploiter une bande de feuillage hors de portée de tous les autres navigateurs terrestres, à l'exception des éléphants.

Ils présentent sur leur tête des protubérances en forme de corne appelées ossicones. Ceux-ci sont formés de cartilage ossifié recouvert de peau et de fourrure. Les ossicones sont minces et touffues chez les femelles, et épaisses et chauves sur le dessus chez les mâles, en raison du port lors de combats avec d'autres mâles. Les ossicones participent éventuellement à la thermorégulation.

Certains mâles développent des dépôts de calcium sur le dessus de leur tête, ce qui crée l'illusion de l'animal ayant plus de deux cornes. Le résultat est quelque peu disgracieux, mais peut être utilisé pour donner des coups plus lourds lors de combats avec d'autres mâles.

La langue des girafes mesure environ 45 cm de long et est très préhensile (capable de saisir). La langue, associée à un museau étroit et à une lèvre supérieure flexible, permet aux girafes de négocier avec succès les plus grosses épines d'acacia et de tirer les feuilles. L'extrémité de la langue a tendance à être noire pour éviter les brûlures du soleil, car elle est à l'extérieur et exposée au soleil une grande partie du temps, et peut être rose ou violet près du sommet.

Le mâle et la femelle ont un pelage tacheté. Les sous-espèces (et maintenant les espèces) diffèrent légèrement en termes de coloration et de motifs. Les patchs des girafes sont avant tout pour le camouflage, mais chaque patch agit également comme une fenêtre thermique pour libérer la chaleur corporelle. Le motif de la peau est similaire à l'une de nos empreintes digitales, c'est un identifiant unique pour chaque animal et constant tout au long de la vie des girafes.

On pensait auparavant que les girafes avaient un très grand cœur, mais des recherches récentes ont révélé qu'il n'y avait pas de place pour cela. Au lieu de cela, les girafes ont un cœur relativement petit et sa puissance provient d'un battement très fort en raison des parois incroyablement épaisses du ventricule gauche.

Tour de cou réversibles et côtelés pour enfants

Cache-cou réversibles et côtelés

Cache-cou basiques pour enfants

Cache-col basiques couleurs claires

Don

10% du prix de vente de ce cache-cou est reversé à l'ONG environnementale GCF.

Pour plus d'informations sur les travaux menés par GCF, consultez cette page.

Existe-t-il des sous-espèces?

Neuf sous-espèces de girafes sont actuellement reconnues. De nouvelles découvertes suggèrent qu'il existe en fait quatre espèces et cinq sous-espèces de girafe. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces nouveaux résultats et modifier la classification à jour.

  • Girafes (Giraffa camelopardalis)
    • Girafe de Nubie (c. camelopardalis) Soudan du Sud et Éthiopie
    • Girafe du Kordofan (c. antiquorum) Afrique centrale
    • Girafe d'Afrique de l'Ouest (c. peralta) Niger
    • Girafe réticulée (c. reticulata) Kenya, Éthiopie et Somalie
    • Girafe Masaï ( c. Tippelskirchi) Tanzanie et Kenya
    • Girafe angolaise (c. angolensis) Bostwana et Namibie
    • Girafe sud-africaine (c. girafe) Afrique du Sud, Angola, Botswana, Mozambique, Namibie, Zambie
    • Girafe de Thornicroft (c. thornicrofti) Vallée de Luagwa et Zambie
    • Girafe de Rothschild (c. rothschildi) Ouganda et Kenya
  • Girafe du Nord (Giraffa camelopardalis)
    • Girafe de Nubie (G. c. Camelopardalis)
    • Girafe du Kordofan (G. c. Antiquorum)
    • Girafe d'Afrique de l'Ouest (G. c. Peralta)
  • Girafe réticulée (Girafe réticulée)
  • Girafe Masaï (Girafe de Tippelskirchi)
  • Girafe du sud (Girafe girafe)
    • Girafe angolaise (G. g. Angolensis)
    • Girafe sud-africaine (G. g. Girafe)

Où les trouve-t-on?

Les girafes sont répandues dans toute l'Afrique australe et orientale, avec des populations isolées plus petites en Afrique de l'Ouest et centrale. Ils se produisent dans 21 pays africains et semblent avoir disparu dans au moins sept autres (Burkina Faso, Érythrée, Guinée, Mali, Mauritanie, Nigéria et Sénégal).

Quel est leur habitat?

Les girafes se sont adaptées à une variété d'habitats, allant des paysages désertiques aux forêts et savanes.

Girafes au Niger

Comment s'accouplent-ils?

Les girafes sont polygame. Cela signifie que les mâles dominants s'accouplent généralement avec toutes les femelles du troupeau qui sont fertiles.

Ils atteignent la maturité sexuelle à l'âge de trois ou quatre ans, bien que les mâles ne se reproduisent pas avant l'âge de six ou sept ans, en raison de la concurrence des mâles plus grands.

Les girafes femelles entrent en oestrus toutes les deux semaines toute l'année. Bien que les girafes n'aient pas de saison de reproduction, la reproduction est plus courante pendant la saison des pluies car elles sont moins stressées et il y a beaucoup de nourriture à consommer.

Pour savoir lesquels d'entre eux sont prêts à s'accoupler, les mâles sentent leur urine. Si les choses semblent prometteuses, le mâle suit la femelle jusqu'à ce qu'elle reste immobile, indiquant que le moment est venu. Enfin, le mâle monte la femelle par l'arrière et s'accouple avec elle.

La période de gestation dure environ 15 mois. L'intervalle entre les naissances est de près de deux ans.

Girafe réticulée nouveau-né

À propos de leur progéniture

Les mères girafes donnent naissance debout, de sorte que les veaux naissent tombant au sol de près de deux mètres de hauteur. Habituellement, un seul veau naît, les jumeaux sont rares, mais ils se produisent.

Les veaux nouveau-nés sont capables de marcher en une heure environ. Ils dépendent du lait maternel pendant neuf à douze mois et commencent à tester les aliments solides vers l'âge de quatre mois.

Au cours des premiers mois après la naissance, les veaux sont très vulnérables au piégeage par des prédateurs. Les scientifiques rapportent que seulement 1/4 des nourrissons survivent à l'âge adulte en raison des taux élevés de prédation.

Après le sevrage, les veaux restent près de la femelle pendant près de deux ans. Cependant, la période d'indépendance varie entre les taureaux et les vaches. Les vaches ont tendance à rester dans le troupeau et les taureaux ont tendance à devenir indépendants.

Communication et sens

Les girafes communiquent entre elles par des sons infrasonores donc, au-delà de la portée de l'audition humaine.

Leur vision repose principalement sur leur taille. Cela leur permet de maintenir la cohésion du troupeau dans la vaste savane et d'éviter les attaques surprises des prédateurs.

Ils ont également un bon odorat

Quand sont-ils actifs?

Nourrir prend la majeure partie de la journée des girafes. Le temps passé à brouter augmente souvent pendant la saison sèche, car une nourriture de bonne qualité est plus difficile à trouver et ils doivent souvent voyager plus loin pour satisfaire leurs besoins nutritionnels.

Les girafes ne dorment que quelques heures par jour. Ils se reposent normalement debout, bien qu'ils puissent parfois être observés couchés. Lorsqu'elles sont couchées, les girafes replient leurs jambes sous leur corps, mais surtout en gardant le cou haut. Parfois, ils peuvent dormir la tête appuyée sur leur croupe. Cette forme de sommeil ne dure que de très courtes périodes car c'est une position extrêmement exposée.

Qu'est ce qu'ils mangent?

Les girafes sont des herbivores et se nourrissent de feuilles, de tiges, de fleurs, de gousses, de fruits et rarement d'herbe. Leur nourriture préférée sont les acacias et les arbustes. Les mâles se nourrissent généralement avec leur cou et leur tête complètement étendus pour atteindre des branches plus hautes que celles dont les femelles se nourrissent.

Ce sont des ruminants, tout comme les bovins ou les moutons. Ils avalent la nourriture rapidement sans mâcher, ils sont donc obligés de passer beaucoup de temps à déplacer la nourriture entre leurs quatre estomacs et leur bouche. Les girafes régurgitent la nourriture qu'elles ont avalée, puis la mâchent et enfin la ré-avalent.

S'il y a de l'eau facilement disponible, les girafes boiront souvent. Ils écartent les pattes antérieures et / ou les genoux pliés pour permettre à leur long cou d'atteindre l'eau. Cependant, dans les environnements arides, les girafes absorbent la majorité de leur humidité grâce à la condensation qui s'accumule sur les feuilles.

Ont-ils des prédateurs?

Les lions sont les principaux prédateurs des girafes. Ils sont également vulnérables aux léopards et aux hyènes, et dans une moindre mesure au guépard et au crocodile. La plupart des prédateurs ciblent les girafes jeunes, malades ou âgées. De plus, les humains posaient un gros problème en les braconnant.

Les girafes se défendent contre les prédateurs en donnant des coups de pied avec leurs longues jambes. Ils roulent également à une vitesse de 50 km / h pendant des périodes prolongées.

Quelle est leur durée de vie?

La durée de vie moyenne à l'état sauvage: 25 ans.

Troupeau de girafes

Source: Giraffe Conservation Trust

Combat de taureaux sud-africains

Comment se comportent-ils?

Les girafes sont non territoriales et sociales. Ils forment des troupeaux flexibles de 10 à 20 individus dans des fourchettes très variables, en fonction de la disponibilité de nourriture et d'eau.

Les girafes n'ont pas de liens sociaux forts, sauf les mères avec leur progéniture. Les mamans se rassemblent dans les troupeaux de pépinière et s'occupent des veaux les unes des autres tout en cherchant de la nourriture pour protéger leurs bébés contre les prédateurs.

Les jeunes mâles qui sont assez vieux pour prendre soin d'eux-mêmes forment des troupeaux de célibataires. Ils joueront et interagiront pour essayer de découvrir qui est le plus fort et le plus dominant du groupe.

Les mâles matures quittent leur groupe de naissance et passent généralement le reste de leur vie seuls, à l'exception de la saison des amours.

Les mâles se font concurrence pour la domination et les opportunités d'accouplement. Ils se battent en utilisant leur cou et leur tête comme armes. Ce rituel est appelé «necking».

Sont-ils en danger?

Les populations de girafes ont subi une baisse spectaculaire de 36 à 40% au cours des 30 dernières années et sont considérées comme vulnérables à l'extinction.

Voici les principaux facteurs à l'origine de cette baisse:

  • Perte, dégradation et fragmentation de l'habitat dues à la croissance de la population humaine, qui va de pair avec l'expansion des activités agricoles et d'élevage. Aussi à cause des activités minières et de l'exploitation forestière incontrôlée.
  • Chasse illégale pour la viande et la peau.
  • Conflits armés.
  • Les conditions de sécheresse sont de plus en plus courantes. Cette situation augmente le risque d'incendies de forêt et de mouvements de populations humaines (parfois vers des zones protégées).
  • Maladies telles que l'anthrax et la peste bovine.
  • Accidents de voiture et de train en dehors des zones protégées.

La plupart de ces facteurs n'ont pas cessé et peuvent ne pas être réversibles dans l'aire de répartition de l'espèce.

Étant donné que les girafes sont réparties dans toute l'Afrique et vivent des parcs nationaux et réserves appartenant à l'État aux terres privées et communales, les actions de conservation ne sont pas une tâche facile. Cependant, ceux-ci devraient inclure la gestion et la protection de l'habitat par les forces de l'ordre et les initiatives de conservation communautaires.


Comment les girafes sont devenues gagnantes par un cou

Les girafes ont enseigné à des générations d'étudiants comment fonctionne l'évolution. Pas directement, bien sûr. La communication par bourdonnement nocturne est un obstacle à l'enseignement en classe. Mais la girafe moderne - Giraffa camelopardalis - est souvent utilisé comme exemple classique de la raison pour laquelle Darwin et Wallace avaient raison et Lamarck avait tort.

La configuration va quelque chose comme ça. Pensez à une petite protogirafe regardant avidement quelques feuilles savoureuses en haut d'un arbre. Quelqu'un de l'école lamarckienne de l'évolution, selon l'argument, pourrait supposer que la petite girafoïde étirerait son cou pour attraper la plus basse de ces hautes feuilles et, par l'effort, développerait un cou plus long qu'elle transmettrait ensuite à sa progéniture. Répétez pour de meilleurs résultats. Un darwinien, en revanche, s'attendrait à ce que les protogirafes varient en longueur de cou et ceux qui se trouvent juste avoir un cou légèrement plus long pourraient atteindre plus de nourriture, survivre plus longtemps et s'accoupler assez souvent pour transmettre cette variation à la suivante. génération, qui rejouerait le scénario.

Bien que le scénario soit un peu une caricature de ce que pensait réellement Lamarck, il est toujours utile pour arriver à l'équation évolutive de base que Darwin et Wallace ont distillée indépendamment. Pourtant, malgré la popularité de l'expérience de pensée, nous savons peu de choses sur la façon dont la girafe a eu son cou. Les grands navigateurs d'aujourd'hui ont définitivement évolué à partir d'ancêtres au cou plus court, mais comment? Une nouvelle étude de l'anatomiste Melinda Danowitz et de ses collègues du Collège de médecine ostéopathique du New York Institute of Technology fournit maintenant une réponse.

Les girafes ne sont pas les seuls animaux à avoir développé des cous d'une longueur impressionnante. Les dinosaures sauropodes et les plésiosaures aquatiques, par exemple, s'étiraient à des longueurs ridicules à la fois en ajoutant des vertèbres supplémentaires à la colonne et en allongeant ces os individuels. Mais les girafes ont le nombre standard de vertèbres du cou partagé par la plupart des mammifères - sept - le premier élément de la partie thoracique de la colonne vertébrale étant modifié en tant que huitième os du «cou» possible. Mais c'est tout. L'évolution, contrainte par l'anatomie des mammifères, a modelé les girafes d'une manière différente de celle des sauriens à long cou.

Danowitz et ses co-auteurs ont examiné des repères anatomiques sur 71 vertèbres de girafe couvrant 11 espèces d'il y a plus de 16 millions d'années à nos jours, en se concentrant sur les deuxième et troisième vertèbres du cou. En fait, un cou proportionnellement long n’est pas nouveau pour ces mammifères.

Le meilleur candidat pour une vraie protogirafe, Prodremotherium, et une girafe primitive nommée Canthumeryx avait déjà des os du cou qui étaient longs par rapport à leur largeur. «[N] ot seulement la lignée des girafes a commencé avec un cou relativement allongé», écrivent Danowitz et ses coauteurs, «mais que cet allongement cervical précède les Giraffidae» - le sous-groupe des girafes généralement considéré comme englobant toutes les formes à long cou.

Mais même si les premières girafes avaient déjà un cou légèrement allongé, il n'y avait pas de «marche du progrès» vers des hauteurs imposantes. Au moins une - et peut-être plus - des lignées de girafes sont revenues à des cous abrégés accrochés autour de grosses vertèbres. Giraffokeryx était parmi les premières girafes à cou court, parcourant le feuillage bas il y a environ 12 millions d'années, et au cours des trois derniers millions d'années Sivatherium, Bramatherium, et l'okapi a emboîté le pas. Les cols courts ont proliféré aux côtés de leurs parents plus élancés, c'est pourquoi nous avons encore aujourd'hui des girafes à cou court et long.

Les girafes à long cou n’ont pas évolué avant il y a environ 7,5 millions d’années. Samotherium, Paléotragus, Bohlinie, l'éteint Giraffa sivalensis et les vivants Giraffa camelopardalis préserver suffisamment de caractéristiques de transition pour permettre à Danowitz et à ses collègues de reconstruire comment cet étirement s'est produit. Il ne s’agissait pas simplement de dessiner leurs vertèbres comme s’ils étaient dans une sorte de tire-tire anatomique. La moitié avant des vertèbres du cou s'est allongée en Samotherium et Paléotragus, générant des formulaires intermédiaires entre les Girafe et leurs prédécesseurs raccourcis. Puis, au cours des deux derniers millions d'années environ, la lignée menant à la modernité Girafe allongé la moitié arrière de leurs vertèbres cervicales, leur donnant encore plus de portée et les faisant littéralement au sommet de leur classe.

Si vous pouviez assembler tous ces fragments de fossiles dans un court métrage rejouant l’évolution de la girafe, vous ne vous retrouveriez pas avec la transformation en douceur d’un herbivore de petite taille en un navigateur à damier imposant. Il y aurait des départs, des arrêts et des histoires parallèles, la fin n'étant pas un but mais un hasard. En bref, il est à nouveau temps de mettre à jour ces manuels.


Girafe du Nord

Girafe du Kordofan (G. c. antiquorum)

L'aire de répartition de la girafe du Kordofan comprend certaines des zones les plus hostiles d'Afrique: le sud du Tchad, la République centrafricaine, le nord du Cameroun, le nord de la République démocratique du Congo et l'ouest du Soudan du Sud. On estime qu'environ 2 000 personnes survivent dans ces pays ravagés par la guerre. Une baisse de plus de 80% au cours des trois dernières décennies a entraîné leur récente inscription en tant que Danger critique sur la Liste rouge de l'UICN.

Les taches de la girafe du Kordofan sont pâles et irrégulières. Semblables à d'autres sous-espèces de girafes du Nord, elles n'ont aucune marque sur leurs pattes inférieures.

Girafe de Nubie (G. c. camelopardalis)

La girafe de Nubie est la sous-espèce nominale, ce qui signifie que, comme c'était le premier spécimen enregistré, son nom sous-spécifique latin est le même que l'espèce originale décrite. Le nombre estimé de girafes de Nubie est d'environ 3000 individus, ce qui comprend la girafe de Rothschild génétiquement identique autrefois reconnue. À l'heure actuelle, moins de 200 se trouvent dans l'ouest de l'Éthiopie, 450 dans l'est du Soudan du Sud, 800 au Kenya et plus de 1 550 en Ouganda.

Fait intéressant, la majorité des girafes de Nubie au Kenya vivent de manière extralimale (en dehors de leur aire de répartition naturelle), qui est le résultat d'un effort visant à établir des populations viables pour la conservation.

Des informations exactes sur les populations précaires et fragmentées en Éthiopie et au Soudan du Sud sont extrêmement difficiles à déterminer, et leur nombre est très probablement inférieur en raison de l'augmentation du braconnage dans la région. Sur la base du taux de déclin, estimé à 95% au cours des trois dernières décennies, la girafe de Nubie a été, pour la première fois, ajoutée à la Liste rouge de l'UICN et inscrite comme Danger critique. En 2010, l'ancienne sous-espèce Rothschild a été classée comme En danger et de Importance élevée pour la conservation sur la Liste rouge de l'UICN, mais sur la base des bons efforts de conservation des gouvernements et des partenaires, y compris le GCF, la girafe de Rothschild a été déclassée à Quasi menacée à mesure que les populations et les nombres ont augmenté. Une fois que l'UICN reconnaîtra les deux sous-espèces comme une seule, le statut de conservation sur la Liste rouge de l'UICN pour la girafe de Nubie dans son ensemble restera très probablement Danger critique, indiquant un besoin urgent de mesures de conservation immédiates.

Les plaques de la girafe de Nubie sont grandes, rectangulaires et marron-marron. Les patchs sont entourés d'une couleur blanc cassé et crémeuse. Il n'y a pas de marques sur leurs jambes.


Girafes

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il convient de réviser l'article.

Girafes, (genre Girafe), l'une des quatre espèces du genre Girafe de mammifères africains à sabots à long cou et à mâcher des câlins, avec de longues pattes et un pelage de taches brunes irrégulières sur fond clair. Les girafes sont les plus grands de tous les animaux terrestres, les mâles (taureaux) peuvent dépasser 5,5 mètres (18 pieds) de hauteur, et les plus grandes femelles (vaches) mesurent environ 4,5 mètres. Utilisant des langues préhensiles de près d'un demi-mètre de long, ils sont capables de brouter le feuillage à près de six mètres du sol. Les girafes sont une vue commune dans les prairies et les zones boisées ouvertes en Afrique de l'Est, où elles peuvent être vues dans des réserves telles que le parc national du Serengeti en Tanzanie et le parc national Amboseli au Kenya. Le genre Girafe se compose de la girafe du nord (G. camelopardalis), la girafe du sud (G. girafe), la girafe Masai (G. tippelskirchi) et la girafe réticulée (G. reticulata).

Quelle est la taille des girafes?

Les girafes mâles peuvent dépasser 5,5 mètres (18 pieds) de hauteur et les girafes femelles peuvent atteindre environ 4,5 mètres (environ 14 pieds). Les girafes atteignent presque toute leur hauteur à l'âge de quatre ans.

Où vivent les girafes?

La plupart des girafes vivent dans les prairies et les forêts ouvertes en Afrique de l'Est, en particulier dans des réserves telles que le parc national du Serengeti et le parc national Amboseli. Certains se trouvent également dans les réserves de l'Afrique australe.

Que mangent les girafes?

Les girafes mangent de nouvelles pousses et feuilles, principalement de l'acacia épineux. La langue et l'intérieur de la bouche sont doublés d'un tissu résistant qui protège contre les épines.

Combien de temps vivent les girafes?

Les girafes vivent jusqu'à 26 ans à l'état sauvage et un peu plus longtemps en captivité.

Les girafes sont-elles une espèce en voie de disparition?

Les girafes ne sont pas classées comme une espèce en voie de disparition. Leur état de conservation a été reclassé d'espèce la moins préoccupante à vulnérable en 2016 par l'Union internationale pour la conservation de la nature, en réponse à l'augmentation des taux de mortalité due à la perte d'habitat et à la chasse illégale.

Les girafes atteignent presque toute leur taille à l'âge de quatre ans, mais prennent du poids jusqu'à l'âge de sept ou huit ans. Les mâles pèsent jusqu'à 1 930 kg (4 250 livres), les femelles jusqu'à 1 180 kg (2 600 livres). La queue peut mesurer un mètre de long et a une longue touffe noire à l'extrémité, il y a aussi une courte crinière noire. Both sexes have a pair of horns, though males possess other bony protuberances on the skull. The back slopes downward to the hindquarters, a silhouette explained mainly by large muscles that support the neck these muscles are attached to long spines on the vertebrae of the upper back. There are only seven neck (cervical) vertebrae, but they are elongated. Thick-walled arteries in the neck have extra valves to counteract gravity when the head is up when the giraffe lowers its head to the ground, special vessels at the base of the brain control blood pressure.

The gait of the giraffe is a pace (both legs on one side move together). In a gallop, it pushes off with the hind legs, and the front legs come down almost together, but no two hooves touch the ground at the same time. The neck flexes so that balance is maintained. Speeds of 50 km (31 miles) per hour can be maintained for several kilometres, but 60 km (37 miles) per hour can be attained over short distances. Arabs say of a good horse that it can “outpace a giraffe.”

Giraffes live in nonterritorial groups of up to 20. Home ranges are as small as 85 square km (33 square miles) in wetter areas but up to 1,500 square km (580 square miles) in dry regions. The animals are gregarious, a behaviour that apparently allows for increased vigilance against predators. They have excellent eyesight, and when one giraffe stares, for example, at a lion a kilometre away, the others look in that direction too. Giraffes live up to 26 years in the wild and slightly longer in captivity.

Giraffes prefer to eat new shoots and leaves, mainly from the thorny acacia tree. Cows in particular select high-energy low-fibre items. They are prodigious eaters, and a large male consumes about 65 kg (145 pounds) of food per day. The tongue and inside of the mouth are coated with tough tissue as protection. The giraffe grasps leaves with its prehensile lips or tongue and pulls them into the mouth. If the foliage is not thorny, the giraffe “combs” leaves from the stem by pulling it across the lower canine and incisor teeth. Giraffes obtain most water from their food, though in the dry season they drink at least every three days. They must spread the forelegs apart in order to reach the ground with the head.

Females first breed at four or five years of age. Gestation is 15 months, and, though most calves are born in dry months in some areas, births can take place in any month of the year. The single offspring is about 2 metres (6 feet) tall and weighs 100 kg (220 pounds). For a week the mother licks and nuzzles her calf in isolation while they learn each other’s scent. Thereafter, the calf joins a “nursery group” of similar-aged youngsters, while mothers forage at variable distances. If lions or hyenas attack, a mother sometimes stands over her calf, kicking at the predators with front and back legs. Cows have food and water requirements that may keep them away from the nursery group for hours at a time, and about half of very young calves are killed by lions and hyenas. Calves sample vegetation at three weeks but suckle for 18–22 months. Males join other bachelors when one to two years old, whereas daughters are likely to stay near the mother.

Bulls eight years and older travel up to 20 km per day looking for cows in heat (estrus). Younger males spend years in bachelor groups, where they engage in “necking” bouts. These side-to-side clashes of heads cause mild damage, and bone deposits subsequently form around the horns, eyes, and back of the head a single lump projects from between the eyes. Accumulation of bone deposits continues through life, resulting in skulls weighing 30 kg. Necking also establishes a social hierarchy. Violence sometimes occurs when two older bulls converge on an estrous cow. The advantage of a heavy, knobbed skull is soon apparent. With forelegs braced, bulls swing their necks and club each other with their skulls, aiming for the underbelly. There have been instances of bulls being knocked off their feet or even rendered unconscious.

Paintings of giraffes appear on early Egyptian tombs just as today, giraffe tails were prized for the long wiry tuft hairs used to weave belts and jewelry. In the 13th century, East Africa supplied a trade in hides. During the 19th and 20th centuries, overhunting, habitat destruction, and rinderpest epidemics introduced by European livestock reduced giraffes to less than half their former range. Today giraffes are numerous in East African countries and also in certain reserves of Southern Africa, where they have enjoyed somewhat of a recovery. The West African subspecies of the northern giraffe is reduced to a small range in Niger.

Giraffes were traditionally classified into one species, Giraffa camelopardalis, and then into several subspecies on the basis of physical features. Nine subspecies were recognized by coat pattern similarities however, it was also known that individual coat patterns were unique. Some scientists contended that these animals could be divided into six or more species, since studies had shown that differences in genetics, reproductive timing, and pelage patterns (which are indicative of reproductive isolation) exist between various groups. By the 2010s mitochondrial DNA studies had determined that genetic uniquenesses brought on by the reproductive isolation of one group from another were significant enough to separate giraffes into four distinct species.

The giraffe had long been classified as a species of least concern by the International Union for Conservation of Nature (IUCN), which places all giraffes in the species G. camelopardalis. A study in 2016, however, determined that habitat loss resulting from expanding agricultural activities, increased mortality brought on by illegal hunting, and the effects of ongoing civil unrest in a handful of African countries had caused giraffe populations to plummet by 36–40 percent between 1985 and 2015, and, as of 2016, the IUCN has reclassified the conservation status of the species as vulnerable.

The only close relative of the giraffe is the rainforest-dwelling okapi, which is the only other member of the family Giraffidae. G. camelopardalis or something very similar lived in Tanzania two million years ago, but Giraffidae branched off from other members of the order Artiodactyla—cattle, antelope, and deer—about 34 million years ago.


Giraffa camelopardalis

Other Names for Giraffa camelopardalis

References

Dagg, A. I. and J. B. Foster. 1976. The Giraffe: Its Biology, Behaviour and Ecology. Van Nostrand Reinhold, New York.

Pratt, D. M. and V. H. Anderson. 1982. Population, distribution, and behaviour of giraffe in the Arusha National Park, Tanzania. Journal of Natural History 16:481-9.

Pratt, D. M. and V. H. Anderson. 1985. Giraffe social behavior. Journal of Natural History 19:771-81.

Simmons, R. E. and L. Scheepers. 1996. Winning by a neck: Sexual selection in the evolution of giraffe. The American Naturalist 148:771-86.

Title Illustrations

Scientific Name Giraffa camelopardalis
Location Tanzania
Specimen Condition Live Specimen
Copyright © Greg and Marybeth Dimijian
About This Page

Page: Tree of Life Giraffa camelopardalis. The TEXT of this page is licensed under the Creative Commons Attribution-NonCommercial License - Version 3.0. Note that images and other media featured on this page are each governed by their own license, and they may or may not be available for reuse. Click on an image or a media link to access the media data window, which provides the relevant licensing information. For the general terms and conditions of ToL material reuse and redistribution, please see the Tree of Life Copyright Policies.

Citing this page:

Tree of Life Web Project. 2006. Giraffa camelopardalis. Version 23 February 2006 (temporary). http://tolweb.org/Giraffa_camelopardalis/50980/2006.02.23 in The Tree of Life Web Project, http://tolweb.org/

This page is a Tree of Life Leaf Page.

Each ToL leaf page provides a synopsis of the characteristics of a group of organisms representing a leaf at the tip of the Tree of Life. The major distinction between a leaf and a branch of the Tree of Life is that a leaf cannot generally be further subdivided into subgroups representing distinct genetic lineages.

For a more detailed explanation of the different ToL page types, have a look at the Structure of the Tree of Life page.


Contents

The IUCN currently recognizes only one species of giraffe with nine subspecies, one of which is the reticulated giraffe. [1] [5] All living giraffes were originally classified as one species by Carl Linnaeus in 1758. The subspecies was described and given a binomial name Giraffa reticulata by British zoologist William Edward de Winton in 1899.

Reticulated giraffes historically occurred widely throughout Northeast Africa. Their favored habitats are savannas, woodlands, seasonal floodplains, and rainforests.

To save the remaining 9,000, or so, Reticulated giraffes, several conservation organizations have been formed. One of these organizations is San Diego Zoo Global's "Twiga Walinzi" (meaning Giraffe Guards) initiative. Their work includes hiring and training local Kenyans to monitor 120 trail cameras in Northern Kenya (Loisaba Conservancy and Namunyak Wildlife Conservancy) that capture footage of wild giraffes and other Kenyan wildlife developing a photo ID database so individual giraffes can be tracked informing rangers of poaching incidents and removing snares caring for orphaned giraffes and educating communities about giraffe conservation.

Along with the Rothschild's giraffe, the reticulated giraffe is the most common giraffe found in zoos. The Cheyenne Mountain Zoo in Colorado Springs, Colorado is said to have the largest reticulated giraffe herd in all of North America. [6] Reticulated and Rothschild's giraffes have been bred together in the past. This was done because it was thought that the giraffe subspecies interbred in the wild. However, new research that was done in 2016 discovered that the separate giraffe populations do not interbreed.

Few zoos have distinct Rothschild's giraffe or reticulated giraffe herds. The San Diego Zoo Safari Park, [7] Bronx Zoo, [8] and Chester Zoo [9] have herds of just Rothschild's giraffe. Cheyenne Mountain Zoo, [6] Busch Gardens Tampa, [10] The Maryland Zoo, [11] Omaha's Henry Doorly Zoo, [12] The Louisville Zoo, and Binder Park Zoo all have strictly reticulated giraffe herds. However, some zoos still breed Rothschild's giraffe and reticulated giraffes.


Video: Giraffe Fact File short movie Giraffa camelopardalis


Article Précédent

Œdipe - Mythologie grecque - Mythe d'Œdipe et Jocaste

Article Suivant

Plantes de bambou pour la zone 8 - Conseils pour cultiver du bambou dans la zone 8